703494__wallpapers-emperor-antarctica-colon-penguin-chopper_p

Bien choisir sa plateforme de crowdfunding 2/2

Voici la suite de l’article Bien choisir sa plateforme de crowdfunding 1/2. Après avoir présenté les vérifications de base pour chaque plateforme en matière légale, parlons maintenant de l’analyse de leur performance ainsi que des bonnes pratiques attendues quant à la présentation des projets de crowdfunding.

4- Quel historique de performance consulter lorsque la majorité des plateformes de crowdfunding ont été créée ces derniers mois?

Et même, les plateformes de crowdfunding plus anciennes ne sont pas si anciennes que cela. Par exemple, Wiseed, une plateforme d’equity crowdfunding créée en 2008, n’a « que » 7 ans, ce qui est bien peu pour apprécier l’évolution des startups financées. Seul le cas Antabio, la première startup à avoir réussi avec brio la sortie de ses crowdfunders, est mondialement connu à ce jour.

Concernant les plateformes de crowdlending, la visibilité est plus grande étant donné une durée d’investissement plus courte (entre 1 et 3 ans). Certaines d’entre elles offrent en ligne un suivi des entreprises ayant bénéficié d’un prêt ainsi que des statistiques. Voir par exemple, l’infographie d’Unilend, le leader des plateformes de prêt.

Celle-ci a déjà connu un défaut de paiement avec la société Smok-it en 2014, puis récemment, un retard de paiement de 6 jours du Tonic Hotel situé à Marseille. Lorsque vous faites face à ce genre de statistiques, pas de panique. Observez d’abord comment la situation a été gérée par la plateforme, puis analysez bien ses statistiques et voyez si elles correspondent à une réalité nationale. Chez Unilend, le taux d’incident de paiement a été de 1,01%, contre un taux de 1,3% de PME défaillantes en 2014 sur tout le territoire, selon la Banque de France.

Enfin, parmi les plateformes de crowdfunding immobilier, à ma connaissance, seule Wiseed peut s’enorgueillir de trois programmes immobiliers financés et totalement remboursés aux Wiseeders. Le dernier programme, le « Coeur Saint Jean » lancé en juillet 2013, a produit un taux de rendement annuel de 10% à ses investisseurs.

Quant aux autres plateformes, dernières nées du crowdfunding, la seule solution consiste à vous référer au profil des fondateurs et dirigeants, normalement dotés d’une expérience significative dans le domaine correspondant à l’activité de la plateforme. Ainsi, les équipes dirigeantes des plateformes de crowdequity sont souvent issues du monde du capital-investissement, celles des plateformes de crowdlending du secteur bancaire et celles des plateformes de crowdfunding immobilier sont bien sûr composées de professionnels de l’immobilier.

Mais globalement, on peut dire que la visibilité est très faible en matière d’historique de performance. L’investissement en crowdfunding est une pratique trop récente pour en juger. Pour l’instant, Google est notre ami, et peut nous renseigner notamment via les commentaires et témoignages des membres des plateformes. A ce propos, n’hésitez pas à partager votre expérience avec les autres internautes sur Crowdfunding Superstars ou ailleurs. Ceci aiderait grandement la communauté des crowdfunders à faire des choix éclairés et les plateformes de crowdfunding de s’améliorer.

5- La présentation des projets de crowdfunding doit être claire et fournir des informations précises et détaillées

Cela parait évident au nom de l’information obligatoire à donner aux épargnants. Pour ma part, sans citer de plateformes, j’ai trouvé des niveaux de présentations assez inégales et parfois même ressenti un certain malaise devant quelques projets. Ces derniers ont offert aux membres des plateformes des présentations on ne peut plus minimalistes. De plus, il n’est pas rare de trouver des incohérences d’un document à l’autre.

Bien sûr, les porteurs de projet sont toujours très disponibles pour répondre aux questions complémentaires, mais pourquoi ne pas fournir d’emblée le dossier le plus complet possible ? Car s’il faut évaluer plusieurs projets – comme je l’ai recommandé dans la 1ère partie de cet article – le temps risque de manquer.

Par exemple, lorsque j’étudie un projet, j’aime avoir accès directement – sans envoyer un énième email – aux statuts de la société afin de connaître l’identité de l’ensemble de ses fondateurs, ainsi que les apports de chacun. Ce sont des informations primordiales.

J’aime aussi que les documents financiers présentent un minimum d’informations poste par poste (et non pas un laconique « frais de développement »), afin de connaître l’utilisation qui sera faite de la levée de fonds, en d’autres termes de mon épargne.

D’autres remarques pourraient encore alimenter le sujet de la présentation des projets de crowdfunding. Mais je préfère vous donner le conseil suivant : si vous ne comprenez pas un projet et jugez que votre information est insuffisante, fermez la page et n’y pensez plus.

La confiance est un préalable à toute forme d’investissement.

2 réflexions sur “ Bien choisir sa plateforme de crowdfunding 2/2 ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *