Crowdfunding diversification

Crowdfunding : comment bien diversifier ses investissements ?

« Il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. » Voilà un des proverbes les plus courants de la langue française et comme chaque proverbe, plein de bon sens. Il s’applique parfaitement dans tous les domaines de la vie courante et même – et surtout – dans le domaine des finances personnelles.

D’ailleurs, les plateformes de crowdfunding nous le répètent : il faut diversifier son portefeuille de projets que ce soit en crowdequity, crowdlending et crowdfunding immobilier. La plupart du temps, la diversification est aisée puisque les mises de départ peuvent être très faibles (dés 20€ pour le crowdlending). Seulement, cette pratique requiert connaissances et technicité que vous allez découvrir dans cette article.

Afin d’aborder le thème de la diversification de portefeuille, nous allons nous inspirer de sa pratique sur les marchés financiers, puis évoquer son utilisation dans la gestion de votre patrimoine, toujours en s’attachant à étendre le concept en vue de la constitution d’un portefeuille de projets de crowdfunding.

La diversification au coeur de tout investissement, participatif ou non

La diversification de portefeuille sur les marchés financiers

Peut-être détenez-vous un compte titres ou bien un PEA (Plan d’Epargne en Actions) que votre banque ou vous-même gérez. Si c’est le cas, espérons qu’il soit suffisamment diversifié et que les titres qui le composent ne soient pas ou peu corrélés entre eux.

Qu’est-ce que la corrélation ?

La corrélation nous renseigne sur le degré de relation existant entre deux actifs. Une faible corrélation indique que ces derniers se comportent indépendamment l’un de l’autre, parce qu’ils appartiennent à des secteurs différents par exemple et/ou proviennent de zones géographiques différentes.

Ainsi, en diversifiant son portefeuille, l’investisseur peut réduire le risque de perte en capital à condition de réduire au maximum la corrélation entre les actifs lors de leur sélection. Si cette condition est respectée, la composition du portefeuille mutualise les risques par un système de compensation des pertes de certains actifs par les gains de plusieurs autres et améliore donc le couple risque/rendement de l’ensemble.

Traditionnellement, les professionnels de la gestion de patrimoine préconisent l’intégration d’un minimum de 20-25 lignes pas ou peu correlées. Au-delà de ce nombre, le risque de corrélation est fort en raison de l’interdépendance des économies nationales et des secteurs entre eux.

La diversification d’un portefeuille de projets de crowdfunding

Etant donné le manque de recul que nous avons sur l’investissement participatif qui apparait de plus en plus comme un domaine à part, je refuse de donner un nombre précis de projets dans lesquels il faudrait investir. Si la recherche en techniques de gestion de portefeuille est bien documentée, il faut avoir l’humilité de reconnaître que nous avançons à tâtons avec le crowdfunding. Cependant, rien ne nous interdit de nous inspirer des meilleures pratiques de gestion de portefeuilles de valeurs mobilières, qui reste tout de même un domaine voisin.

Investir dans 20-25 projets de financement participatif, pourquoi pas ?

Encore faudrait-il pouvoir les trouver. Et s’inscrire avec labeur sur des dizaines de plateformes qu’au préalable, vous devrez sélectionner attentivement.

Les projets de crowdfunding sont pléthores mais la masse d’informations qu’ils constituent – entre les pitchs, business plans et autres documents financiers à étudier – rend l’exercice difficile et chronophage surtout pour un novice.

Car bien évidemment, vous n’allez pas investir dans les 20-25 projets qui vous tombent sous la main. Vous allez prendre votre temps et vous aurez raison. Et ainsi, tranquillement, vous atteindrez un nombre suffisant de projets pour permettre une bonne diversification de votre portefeuille.

La diversification sectorielle et géographique appliquée au crowdfunding

Conseils pour une bonne diversification sectorielle de votre portefeuille de projets de crowdfunding
Une séance d’auto-critique

Idéalement sur une feuille Excel, faites la liste des projets auxquels vous avez déjà contribué et regroupez-les au sein de leurs secteurs respectifs. Ensuite, déterminez le poids en pourcentage de chaque secteur dans votre portefeuille. Renseignez-vous et voyez si cette répartition est pertinente eu égard aux enjeux de chacun de ces secteurs.

La sélection de projets

Lorsqu’un projet vous intéresse, vérifiez à quel secteur appartient la société visée et simulez son intégration dans votre portefeuille que vous aurez dupliqué dans une seconde colonne. Le résultat avant/après vous donnera une idée du niveau de diversification obtenu. Plus votre portefeuille sera diversifié, plus grandes seront vos possibilités de réduire le risque de perte en capital.

Voici une liste des secteurs d’activités selon la classification d’Euronext qui pourrait vous aider afin de sélectionner les secteurs plus porteurs d’opportunités pour les années à venir : http://www.abcbourse.com/marches/secteurs.aspx

La diversification géographique pour le financement participatif

Malheureusement, cette pratique n’est pas tout à fait à l’ordre du jour bien que je sois régulièrement sollicitée par des plateformes étrangères pour faire leur réclame. Mais la question de la régulation se pose ainsi que le risque de taux de change, si une conversion de vos euros est nécessaire. Sans parler des connaissances à acquérir concernant les marchés locaux afin de bien évaluer les projets. Mais je suis optimiste : dans quelques années, à l’image des marchés financiers dans le passé, le marché du crowdfunding – et donc du financement des TPE/PME et des startups – se décloisonnera et s’étendra au-delà des frontières dans le respect de la protection des épargnants. Dans ce cas, des outils de recherche et de sélection de projets seront les bienvenus.

Diversifier, d’accord mais en prenant compte le patrimoine global

La diversification dans la gestion d’un patrimoine global

Ici, nous ne parlons plus de diversification à l’intérieur d’un portefeuille mais de diversification par catégorie d’actifs. Explications. Regardons par exemple la composition du patrimoine des ménages français :

  • Une grande partie est dévolue à l’immobilier entre la résidence principale et les éventuels biens locatifs dont le poids est renforcé par des marchés chers,
  • Vient ensuite l’assurance vie avec une prédilection pour le fonds Euros composés majoritairement d’emprunts d’Etats,
  • Un compte titres ou PEA composé d’OPCVM ou de titres en direct en capital (actions) ou de créances (obligations),
  • Des livrets bancaires tels que le livret A, le livret de développement durable, les super-livrets type ING, etc.

Un patrimoine bien diversifié par classe d’actifs devra contenir un maximum d’actifs différents dans des proportions qui correspondent au profil de l’épargnant, ses objectifs patrimoniaux ainsi que son aversion au risque.

Quel est l’intérêt de cette diversification ?

Et bien, un patrimoine fort en immobilier est un patrimoine peu liquide et difficilement mobilisable en cas de coup dur. A l’inverse, ne détenir que des livrets bancaires ne permet pas de bien préparer sa retraite et expose notamment au manque à gagner dû aux très faibles taux d’intérêt. Enfin, confier l’ensemble de son patrimoine aux aléas des marchés financiers est insensé. Et ainsi de suite. Vous l’avez compris : l’excès dans un sens ou dans l’autre est mauvais.

Quelle devrait être la place du crowdfunding dans un patrimoine ?

6 conseils pour déterminer le montant idéal à investir en crowdfunding

Si vous voulez déterminer le montant idéal à investir dans un projet de crowdfunding, je vous invite à compléter cette partie en visitant l’article ci-contre.

Dans cet article, je m’inspire notamment des pratiques des business angels avec leur propre patrimoine, ainsi que des recommandations de l’autorité de régulation americaine, la SEC (Securities and Exchange Commission).

Le crowdfunding, une classe d’actifs à part…

Même si vous détenez des actions du CAC40 sur votre compte titres ou des créances d’Etat via le fonds Euro de votre assurance vie, ce n’est pas la même chose qu’être actionnaire d’une startup ou créancier d’une PME. De même, participer à la promotion et la construction d’un immeuble n’est pas un placement immobilier classique pour un épargnant-propriétaire moyen. N’empêche que je ne conseillerais pas non plus le cumul d’actifs de même nature, entre la voie traditionnelle et celle du crowdfunding. Disons qu’avec ce dernier, vous avez au moins l’opportunité d’apporter de la diversité dans votre patrimoine : des actifs de nature similaire certes mais aux vocations très diverses.

…à intégrer de manière pertinente dans votre patrimoine

Maintenant, si votre patrimoine est peu liquide, notamment à cause de l’immobilier ou d’autres investissements « bloqués », est-ce utile d’en rajouter en investissant au capital d’une startup où le risque d’illiquidité est important, sans même parler du risque de perte en capital ? Dans ce cas, prêter à des PME à court terme pourrait être une meilleure idée. Le risque de perte en capital et d’illiquidité est toujours présent mais sur une durée plus courte.

A l’inverse, si vous ne détenez aucun actif immobilier, peut-être pourriez-vous être à l’écoute des opportunités de financement participatif d’opération de promotion immobilière. Histoire de permettre à votre patrimoine de profiter de ce marché tout en ayant conscience des risques du crowdfunding immobilier.

Enfin, si vos livrets bancaires sont remplis à ras bord et que vous détenez peu d’actifs de type long terme, vous pourriez certainement assumer le risque d’illiquidité pendant un certain temps en plaçant une petite partie au capital de PME et ainsi profiter des perspectives de rentabilité des pépites que – j’espère – vous auriez trouvé.

Comment faire ?

Faites la liste de tous vos biens immobiliers et mobiliers et, en gardant bien à l’esprit vos objectifs patrimoniaux et votre aversion au risque, notez les actifs qui pourraient mieux diversifier votre patrimoine. Cette diversification peut s’opérer selon deux axes :

  • la diversification par classe d’actifs, en variant au maximum les actifs selon leur nature et leur mode de détention (actions, créances, immobilier, etc),
  • la diversification selon les caractérisques relatifs à chaque actif (niveau et type de risque, détention à court ou long terme, espérance de rentabilité, etc).

Comme vous le voyez, le thème de la diversification est très vaste. Je dirais même infini, et je ne vous ai même pas entrainé dans des calculs de variance et de volatilité de portefeuille.

Plus vous diversifiez, plus vous augmentez le nombre de combinaisons entre les actifs ainsi que les scénarios possibles de votre portefeuille. Le niveau de risque dépendra de votre façon de faire.

Si vous avez suivi ma démonstration jusqu’ici, je vous offre un café 🙂

4 réflexions sur “ Crowdfunding : comment bien diversifier ses investissements ? ”

  1. Merci pour cet article très intéressant.
    Au final, peut-on distinguer les catégories suivantes ?
    – Liquidités
    – Immobilier
    – Marché boursier
    – Crowdfunding / Financement de startup

    Ou alors peut-on considérer que Crowdfunding et Marché boursier sont liés entre eux ?

    Merci.

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire.

      Oui, ces catégories d’actifs sont à distinguer ne serait-ce que par leur horizon d’investissement (court, moyen ou long terme) et par l’objectif patrimonial recherché (disponibilité des fonds, création de revenus réguliers, espérance de plus values, optimisation fiscale, etc). Il est important de diversifier parmi ces classes d’actifs auxquelles peut s’ajouter aussi l’assurance vie.

      Concernant le 2ème point, je dirais que crowdfunding et marché boursier sont liés par la nature des véhicules d’investissement utilisés.
      Exemple: détenir des actions de startup ou de société cotée >> le véhicule est ici l’action.

      Ceci dit, si la détention d’actions offre des droits similaires dans les 2 cas (droit de vente, dividendes, etc), le processus de sélection des titres diffère. Ainsi, l’analyse fondamentale (documents financiers, stratégie marketing, etc) est nécessaire en crowdfunding et marché boursier et l’on peut s’inspirer des mêmes méthodes sur ces 2 types de marché. En crowdfunding, vient s’ajouter néanmoins l’étude du pacte d’actionnaire, très particulier pour une startup. Sur le marché boursier, on ne pourrait non plus se passer de l’analyse technique du titre, inexistante en crowdfunding puisqu’on est dans le non coté. Enfin, le risque de marché (change, taux d’intérêt, etc) affecte davantage les titres cotés, notamment leur volatilité, que les non cotés. Normal, ils sont beaucoup moins liquides…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *