usine vintage

Entrepreneurs, financez votre produit par le crowdfunding

Parmi les lecteurs du blog Crowdfunding Superstars, beaucoup sont des entrepreneurs, potentiellement porteurs de projet à financer par le crowdfunding, qui sollicitent mon point de vue. Pour répondre à cette demande, je démarre une série d’articles qui ont pour but de rassembler tous conseils et outils permettant de réussir sa campagne de crowdfunding. En premier lieu, passons en revue les différentes formes de crowdfunding permettant à un entrepreneur de financer le lancement d’un nouveau produit.

Le crowdfunding don contre dons, pour se constituer une première clientèle d’ « early adopters »

C’est la forme la plus classique et la plus connue aussi. On se souvient tous des records battus par les millions récoltés de certaines campagnes comme celle de la série Veronica Mars sur Kickstarter ou du smartphone Ubuntu Edge sur Indiegogo. L’idée de la campagne don contre dons est de lever des fonds afin de financer un projet (produit culturel ou non, gadget, projet artistique, etc), en promettant aux contributeurs une ou des contreparties non financières liées au projet.

Par exemple, une groupe de musique va offrir albums et places de concert, un film indépendant un ticket de cinéma ou des invitations à l’avant-première. Ainsi, un entrepreneur pourra astucieusement amorcer le développement d’un nouveau produit par les dons des contributeurs, en échange de la livraison du produit en question.

Cette forme de campagne de crowdfunding est idéale pour tester l’intérêt d’un produit sur son marché, acquérir ses premiers clients et se faire connaître. Elle est parfaitement adaptée lors de la phase de création d’une entreprise. Son succès repose en grande partie sur une stratégie digitale – de contenu et de diffusion – rondement menée. Son objectif : susciter le coup de coeur pour un projet : le « like », le « follow », le partage et enfin le don.

Attention, les levées de fonds observées sur les plateforme de don contre dons sont des montants généralement de quelques milliers d’euros. Les montants records sont plus rares et réservés aux projets et initiateurs qui bénéficiaient déjà d’une grande popularité avant le lancement de leur campagne. D’où l’utilité de créer une communauté bien en amont.

L’equity crowdfunding, pour accueillir des investisseurs au capital de son entreprise

Dans cette forme de financement participatif, on ne parle plus de don mais d’investissement pur. Ici, le contributeur devient investisseur au capital de la société en levée de fonds. On ne joue plus dans la même cour ! Car même si l’investisseur peut avoir un coup de coeur sur un projet de crowdfunding, il reste un investisseur qui place son épargne et s’efforce de prendre toutes les précautions nécessaires « en bon père de famille ».

Cette forme de levée de fonds est intéressante dans la mesure où les montants levés sont plus importants que pour le crowdfunding don contre dons ou encore le crowdlending: entre 100.000€ et 1 million d’euros, voire plus.

En revanche, l’entrepreneur a des devoirs d’information et des comptes à rendre envers les crowdfundeurs, ses actionnaires, pendant la levée de fonds ainsi que pendant toute la durée de l’actionnariat. Le business plan doit être « béton » et l’entreprise doit pouvoir prouver l’intérêt de son projet par des succès commerciaux passés, ou tout du moins des débuts prometteurs.

Cette forme de campagne de crowdfunding est idéale pour des sociétés en phase d’amorçage, qui, faisant face à l’apparition ou l’augmentation d’une demande réelle et mesurable, souhaite développer leur production ou procéder à des projets d’envergure comme, étendre ses activités à l’international.

Créateurs d’entreprise, l’equity crowdfunding risque d’être un peu prématuré pour vous et les plateformes d’equity crowdfunding vous feront barrière. Les autres, ne sous-estimez pas les efforts à fournir en matière de stratégie digitale.

Le crowdlending, pour solliciter des prêts aux investisseurs particuliers

Autre forme de financement participatif, le crowdlending permet à une TPE/PME de financer ses activités via l’emprunt. A l’instar de l’equity crowdfunding, on reste dans la cour des investisseurs qui, au-delà du simple coup de coeur, sont dans une réelle démarche d’épargne. Ici, le crowdfundeur est un créancier à rembourser à l’échéance du prêt, et à rémunérer sous forme d’intérêts (entre 6% et 10%).

Les montants levés en crowdlending se situent généralement entre ceux observés en don contre dons et ceux pratiqués en equity crowdfunding, c’est-à-dire entre 10.000€ et 70.000€. Cependant, les créateurs d’entreprise et même les entrepreneurs en phase d’amorçage doivent passer leur chemin. En effet, les plateformes de crowdlending demande aux porteurs de projet trois années d’exercice comptable bénéficiaire, liasses fiscales à l’appui (bilans, compte de résultats, etc), pour une analyse de la solvabilité financière.

Cette forme de crowdfunding est idéale pour les entreprises plus matures et capables de rembourser un emprunt. Entrepreneurs, considérez le crowdlending comme n’importe quel prêt bancaire : le capital et les intérêts doivent être remboursés quelque soit la réussite de votre projet et votre résultat comptable ; ce qui n’est pas le cas avec les autres formes de crowdfunding.

Très bientôt, je publierai des articles décrivant la stratégie de levée de fonds (digitale, pricing, valorisation, etc) pour chaque forme de crowdfunding.

En attendant, je vous laisse méditer sur les chiffres de collecte des campagnes de crowdfunding en 2014 publiés par mon collègue Crowdlending.fr. Vous y verrez les montants collectés au total pour chaque forme de crowdfunding – avec le prêt, largement en tête – les montants levés pour chaque projet et la typologie des porteurs de projet.

2 réflexions sur “ Entrepreneurs, financez votre produit par le crowdfunding ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *