Solutions pour réduire les risques du crowdfunding

Les solutions des plateformes et pros du crowdfunding pour réduire les risques

Investir dans un projet de crowdfunding économiquement viable est sans conteste la base pour qui veut en maitriser les risques de perte en capital, de défaut de paiement et d’illiquidité. Pour ce faire, les plateformes doivent procéder à une sélection rigoureuse des dossiers soumis par des entrepreneurs ayant des besoins de financement. Seuls des professionnels de l’investissement, en particulier des analystes financiers, peuvent assurer ce travail. Mais au vue des piètres performances de certains fonds de private equity, et même des premiers ratés du crowdfunding, des outils et pistes supplémentaires pour mieux maîtriser les risques sont les bienvenues.

Comme signalé déjà dans les lignes de ce blog, les plateformes de crowdfunding générent leur chiffre d’affaires à partir des commissions réalisées pour chaque contribution de leurs membres aux projets proposés. Ainsi, plus nombreux sont les projets, plus nombreuses sont les possibilités de facturer ces commissions.

Sans surprise, certaines plateformes misent sur le volume, au risque de proposer en ligne des projets plus risqués. A mon humble avis, cette pratique revient à manquer de vision à long terme. Les plateformes qui dureront seront celles qui pourront se vanter du succès des projets post-campagne, donc forcément des projets qui auront été rigoureusement sélectionnés au préalable.

Voyons maintenant ces plateformes qui cherchent à aller plus loin en proposant des pistes afin de tenter de maîtriser les risques du crowdfunding et par la même d’optimiser l’expérience des investisseurs.

Le haut professionnalisme des plateformes d’equity crowdfunding dans la sélection de startups/PME

La sélection de dossier étant le nerf de la guerre, certaines plateformes proposent à leurs membres d’investir aux côtés de professionnels de l’investissement tels que des business angels avec la plateforme Sowefund ou des compagnies d’assurance comme Allianz avec Smart Angels. Les métiers de l’investissement requerrant un haut niveau de qualification, co-investir avec de tels acteurs devrait bénéficier aux particuliers.

Parmi les plateformes d’equity crowdfunding autorisées à exercer le conseil en investissement participatif, deux d’entre elles ont visé plus haut que le statut classique de CIP délivré par l’AMF. En effet, Letitseed et Alternativa ont opté pour le statut de PSI (Prestaire de Services d’Investissement), plus difficile à obtenir car il permet, entre autres, de faire appel public à l’épargne et ce, pour des levées de fonds supérieures à un million d’euros. Il va sans dire que les sociétés financières détenant le statut de PSI sont rigoureusement contrôlées d’après un programme d’activités béton.

A noter que la plateforme Alternativa propose depuis ses débuts en 2006 le seul marché secondaire du crowdfunding en France. Bien plus qu’une plateforme, Alternativa est un véritable marché sur lequel sont cotées des PME, offrant aux actionnaires une meilleure liquidité – et donc de meilleures possibilités de revente des titres – que les plateformes de crowdfunding traditionnelles. A ma connaissance, aucune de ces dernières n’organise une telle rencontre entre revendeurs et acquéreurs.

Les plateformes de crowdlending misent sur des mécanismes protecteurs en cas de défaut de paiement

Depuis le 1er septembre 2015, la plateforme de crowdlending Finsquare protège les prêts accordés par ses membres contre les risques de décès ou de perte d’autonomie du chef d’entreprise mais aussi en cas de faillite ou de redressement judiciaire. La couverture est de 50% de la somme restant due et la durée d’indémnisation d’un an après 6 mois de carence.

De son côté, la plateforme Prexem a mis en place un fonds d’indémnisation des prêteurs sur lequel est placé sous séquestre, pour chaque prêt, une certaine somme dont le montant varie en fonction de la note du projet. Cette note est attribuée en fonction de son niveau de risque de défaut de paiement.

Enfin, la plateforme Prêtgo propose une assurance homme clé permettant d’assurer l’entreprise contre le risque d’une baisse de son résultat qu’entrainerait le décès ou l’invalidité du chef d’entreprise.

Voilà des pistes intéressantes pour les prêteurs qui ont vu ces derniers mois les incidents de paiement se multiplier. Ces plateformes ont compris une chose : le miracle du crowdlending tiendra grâce à la confiance des épargnants. Et la confiance s’acquiert au prix de certains efforts tels que la mise en place de ces mécanismes protecteurs. Néanmoins, ces derniers comportent un coût qui devrait impacter les taux d’intérêt des prêts et les rendre sans doute moins attrayants.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le blog Crowdlending.fr qui propose également un tour d’horizon des solutions mises en place par les plateformes de crowdlending afin de se prémunir contre les risques d’impayé.

La diversification comme outil indispensable de gestion d’un portefeuille de placements en crowdfunding

Qu’il s’agisse d’un portefeuille d’actions de startup ou de prêts à des PME, la diversification est une pratique indispensable qui permet de mutualiser les risques et ainsi les réduire. La diversification sectorielle mais aussi géographique (on en reparlera) permet avec les gains de certains actifs de combler les pertes d’autres.

Une pratique courante sur les marchés financiers consiste à sélectionner environ 20-25 valeurs. Au-delà de ce nombre, la diversification perd de sa force, les sociétés cotées étant aujourd’hui fortement corrélées entre elles. Cette notion de corrélation est moins importante dans l’univers des PME.

Mais cette pratique de la diversification étant chronophage, des plateformes comme Bolden proposent des solutions qui permettent de l’automatiser. Son « Pack Financeur » permet de prêter aux projets en ligne tout en diversifiant automatiquement le portefeuille de prêts et ainsi de réduire les risques. Le prêteur est prévenu de chaque investissement et en garde le contrôle en pouvant l’annuler sous 48h s’il ne lui convient pas.

Certaines plateformes de crowdfunding optent pour une stratégie de spécialisation et de différentiation

Les plus grosses plateformes de crowdfunding sont en principe généralistes, c’est-à-dire qu’elles proposent des projets oeuvrant dans plusieurs secteurs d’activités. Ainsi, leurs analystes financiers doivent connaître l’ensemble de ces secteurs afin d’avoir une opinion éclairée sur les projets à financer. Or, un analyste qui se sera spécialisé dans l’un d’entre eux produira forcément une analyse plus pertinente avec une meilleure appréhension des risques éventuels.

C’est en bénéficiant d’un savoir spécialisé que certaines plateformes de crowdfunding plus petites ont adopté une stratégie de spécialisation et de différentiation. Ainsi, forte d’une équipe majoritairement diplômée en sciences, My Pharma Company s’est spécialisée dans des projets de recherche liés à la santé. Autre exemple : la plateforme de crowdlending, Lendosphère, qui oeuvre au profit de projets favorisant le développement durable, en particulier l’énergie renouvelable. Dans un registre diamétralement opposé, Energy Funders, une plateforme de crowdfunding basée au Texas, propose d’investir dans des projets liés à l’exploitation de pétrole et de gaz…

Bien sûr, comme développé plus haut, ne pas oublier de diversifier les secteurs d’activités. Dans ce contexte, il faudra continuer sur d’autres plateformes spécialistes voire même revenir sur des plateformes généralistes.

Sans oublier l’information financière des crowdfunders !

Afin de répondre aux besoins des investisseurs privés d’accéder à des informations financières claires et objectives, une agence anglaise, CrowdRating, propose des services de rating de projets de crowdfunding en passant au crible la composition de l’équipe, sa stratégie marketing et financière. Voilà une initiative pertinente qui, espérons-le, devrait se généraliser.

Enfin, des sites d’information et de conseil comme Crowdfunding Superstars et Crowdlending.fr se mobilisent pour vous proposer des guides sous forme de ebook à paraitre prochainement. Le premier sera généraliste et traitera de l’investissement participatif sous toutes ses formes (equity, prêt et immobilier) et le second axé sur sa spécialité, le financement des entreprises par le crowdlending. Avec ces mines de connaissance, vous serez bien armés pour sélectionner et investir dans des projets de crowdfunding.

Pour finir, j’invite quiconque à indiquer dans les commentaires d’autres solutions ou pistes visant à réduire les risques du crowdfunding qui auraient échappé à ma vigilance. L’idée est de continuer à nourrir le débat et de permettre la diffusion d’informations utiles aux épargnants.

Une réflexion sur “ Les solutions des plateformes et pros du crowdfunding pour réduire les risques ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *